Mardi

9h - 12h30
15h - 18h

Mercredi

9h - 12h30
15h - 19h

Jeudi

15h - 18h

Samedi

9h30 - 12h30

Accès
Place de la mairie
31370 Bérat
 
Contact
05 34 47 87 17
 

Vous ne savez pas comment occuper votre journée, enfermé pour éviter la chaleur ? Avez-vous pensé aux séries ? Depuis 20 ans, la qualité de cet objet médiatique ne cesse d’augmenter. D’abord regardé de haut à cause des faibles budgets et de ses scénarios répétitifs, les séries sont devenues de vrais objets culturels uniques qui permettent de dérouler des histoires sur des temps longs et de complexifier ses personnages.

Oui mais voilà, de nos jours il faut les regarder dans l’ordre alors comment faire ? Pas de panique, la médiathèque vient à votre secours avec quelques propositions estivales que vous pourrez emprunter, ou regarder en ligne !

Nous recommandons bien sur le visionnage en VO pour être dépaysés par tant d’accents chantant autour du monde !

 

 

ITALIE 

 

Urgences or not urgences, Toubib or not toubib, First edition, 2021

Dans ce petit manuel de survie pour parents inquiets (ou pas), Toubib or not toubib (de son pseudo facebook) a compilé les fiches publiées pendant des années pour aider les responsables permanents ou temporaires de petites têtes blondes à déterminer s’il est nécessaire de se rendre aux urgences ou pas. Urgentiste pédiatre, l’auteur aborde avec humour toutes les misères plus ou moins graves qui peuvent arriver à un enfant très jeune et comment y réagir. Hilarant malgré le sujet et fort utile !

Ce matin-là, Gaëlle Josse

« Rarement j’ai eu autant de mal à écrire mon ressenti sur un texte !

J’adore les romans de Gaëlle Josse. Chaque fois, ses textes m’ont happée, je les ai lus en apnée et ils m’ont laissée émerveillée par tant de beauté. J’adore la musique de la phrase « jossienne ».

Comme Clara, l’héroïne de Ce matin-là, je me suis ensablée, engluée, engourdie, les larmes aux yeux.

Clara est belle, a un amoureux, un bon job. Elle vient de recevoir une promotion « que l’on ne peut pas refuser ».

Un matin, en partant au travail, sa voiture ne démarre pas. Voilà le premier grain de sable responsable d’une descente aux enfers ! Tout s’écroule. Clara est paralysée, incapable de remplir son frigo de nourriture, elle ne veut que rester blottie sous sa couette. Elle envoie un certificat d’arrêt de travail à son employeur, ne sort plus avec ses copines. Thomas, son amoureux, ne la reconnaît plus. Il la secoue, l’invite au restaurant, non, impossible de bouger. Le burn-out est là, insidieux ! Il ne comprend pas ! Elle, Clara, qui donnait tout, dans son travail, dans sa vie , et c’est pour cela qu’il l’aimait ! Thomas s’éloigne peu à peu.

Ni les pilules ni la psychiatre vue rapidement ne sont une aide. Ne plus bouger, rester dans l’ombre.

Clara reprend contact avec une amie, Cécile qui habite la campagne et qui la prend sous son aile et la persuade de venir chez elle se reconstruire.

Cette deuxième partie est plus orientée vers « les autres », on est moins dans la tête de Clara, on est dans l’explication des « autres grains de sable ».

Je suis restée un peu au bord de la route, peut-être parce que la première partie m’a tant bouleversée.

Mais comme toujours, Gaëlle Josse fait partie des auteurs « à lire ». »

 

Vous aussi partagez-nous vos coups de cœur pour les livres de la médiathèque et nous les publierons !

Suite en do mineur, Jean Mattern

« Robert est un cinquantenaire grincheux, coincé, célibataire et libraire par hasard, à Bar-sur Aube.

Emile, son neveu, lui offre, pour son anniversaire un voyage en Israël. Pour Robert, un cadeau empoisonné. Le voilà embarqué dans un groupe de touristes, lui qui déteste les groupes, à Jérusalem, où, à chaque coin de ruelle, on est confronté aux religions.. Lui qui n’en a rien à faire, des religions !!! L’hôtel est superbe, la ville splendide, mais il ne voit rien de tout cela. Sauf, un éclair, sur la Via Dolorosa, un chapeau à large bord, un profil, « des pommettes hautes sous un œil clair »..Madeleine, mêlée à un groupe de pèlerins. Madeleine : « trois semaines de bonheur et vingt-six ans de je ne sais quoi ». Madeleine, il l’a aimé, alors qu’il finissait ses études à Paris. Il avait alors 24 ans, peu d’amis, aucune expérience sexuelle, roux frisé, petites lunettes, une caricature sur pattes, ainsi qu’il se décrit. Madeleine est apparue à la bibliothèque de la Sorbonne, l’a séduit, l’a traîné à une représentation de Hair (nous sommes en 1969), l’a dépucelé dans son appartement à lui, vingt jours de bonheur absolu. Un matin, Madeleine disparaît.

Ce voyage en Israël devient une thérapie, permettant à Robert d’accepter de revenir enfin sur son passé et de trouver les clés de sa vie douloureuse.

Jean Mattern est un auteur à l’écriture délicate, un peintre des mots. Ses textes sont courts, aucune phrase n’est inutile, un baume pour notre âme ! Quant au titre, je vous laisse le plaisir de la découverte. Musique et mots, pour moi la félicité totale ! »

 

Vous aussi partagez-nous vos coups de cœur pour les livres de la médiathèque et nous les publierons !

En cette fin d’hiver, découvrez quelques titres ado/adulte pour vous évader dans les littératures de l’imaginaire. Voici quatre coups de cœur de la Médiathèque.

Dans Winterwood, la forêt des âmes perdues de Shea Ernshaw (2020), vous vous retrouverez bloqué dans un petit village de montagne entre un lac qu’on dit sans fond et une forêt qui a sa volonté propre. Mais cette nuit, il y a eu un mort, et un disparu. Nora, sorcière de mère en fille, saura-t-elle naviguer dans ce mystère ? Un huis-clos glaçant et enchanté.
Sur un ton plus dur, Stéphane Servant nous transporte dans une dystopie en création dans Félines (2019). Comment une société sous la pression d’une mutation inattendue peut-elle réagir ? Les traits qui ressortiront seront-ils les meilleurs aspects de l’humanité ? Ce roman aborde avec justesse des thématiques de société par trop actuelles.
Mélange habile de guerre de cour et de monde féérique à la Brocéliande, plongez dans l’univers sans concession du Peuple de l’Air, avec Le Prince Cruel d’Holly Black (2020). Quand deux humaines grandissent élevées par un haut dignitaire fae, elles ont appris à déjouer les cruels pièges de leur entourage surnaturel. Un récit d’aventure captivant et sans concession.

Pour terminer avec une touche plus humoristique, suivez Les tribulations d'Esther Parmentier, sorcière stagiaire: Cadavre haché - vampire fâché de Maëlle Desard (2020). Esther Parmentier n’est qu’une petite sorcière sans grand pouvoir qui va découvrir un univers fantastique sans en être le moins du monde impressionnée. Et ce n’est pas parce qu’elle débute qu’elle se laissera marcher sur les pieds. Un personnage haut en couleur dans une enquête prenante.

Dans chacun de ces univers emplis de magie aux tons très différents, retrouvez des héroïnes au caractère affirmé et qui chacune à leur façon, vont apprendre à naviguer dans l’univers qui est le leur. Retrouvez ces quatre romans à la médiathèque et n’hésitez pas à les réserver.

Si vous aussi vous avez un coup de cœur pour un livre (roman, album, bande dessinée, documentaire…) et que vous souhaitez partager votre enthousiasme, vous pouvez rédiger un petit billet et nous l’envoyer, nous le publierons ici pour alimenter la rubrique. A vos plumes !

Un voyage dans le temps.

Henriette, presque centenaire, entreprend un long voyage de Montevideo en Uruguay à destination de Berlin. Rachel, son arrière-petite-fille l'accompagne. Cette dernière ignore que Henriette est d'origine allemande, de parents juifs et qu'ils l'ont envoyée toute seule en Argentine lors de la seconde guerre mondiale afin de la sauver des nazis. Henriette n'a jamais parlé de ses racines. Quatre-vingt années plus tard, ce retour en Allemagne va réveiller en elle beaucoup de souvenirs : sa jeunesse, ses amis et plus particulièrement Hans, son grand amour. Va-t-elle les retrouver ?

L'auteur nous présente une histoire captivante, pleine d'émotions et de sentiments, un page-turner. Le style est fluide, réaliste. Le roman est à la troisième personne, du point de vue de Henriette. Les chapitres décrivent en alternance le voyage de Henriette et de Rachel et le passé de Henriette en Allemagne, avant et pendant la guerre et son exil vers l'Argentine. Les personnages sont crédibles, vivants. L'arrière-plan historique est bien mené par l'auteur.

Henriette est une héroïne très sympathique avec une forte personnalité ayant mené une vie très mouvementée. Rachel, de son côté est une jeune femme vive, optimiste, totalement ignorante du passé de son arrière grand-mère..

Ce roman très captivant et plein d'émotions se déroule à une époque noire de l'histoire de l'Allemagne. Il est aussi un beau roman d'amour et une saga familiale pleine de secrets.

 

De notre côté du ciel, Hans Meyer Zu Düttingdorf, traduit de l'allemand par Brice Germain, Les escales éditions, 2018.

couverture de "brandenbourg" Julie Zeh

 Un roman terroir ? Un roman sociologique ? Un polar ? Un thriller ?? Ce roman est tout cela et aussi un voyage dans le temps, dans l’Allemagne d’aujourd’hui en remontant à l’époque de la RDA. Juli Zeh montre, avec talent, de quelle manière l’ex-Allemagne de l’Est s’est développée. Elle laisse le lecteur trouver cette évolution positive ou négative. L’influence discutable de l’Allemagne de l’Ouest nous montre qu’une région peut se développer dans une direction que personne ne désire.

 

Brandenbourg, Juli Zeh, traduit de l’allemand par Rose Labourie. Acte Sud, 2017

couverture du livre "La salle de bal" Anna Hope

En Angleterre en 1911. Une jeune ouvrière est internée dans un asile d’aliénés pour avoir cassé une vitre dans la filature où elle travaillait. Une centaine de femmes et d’hommes vivent séparés dans cette institution. Ce n’est que le vendredi soir, lors du bal, qu’ils peuvent se rencontrer. En décrivant les vies de Ella et de John, Anna Hope nous plonge dans la société britannique de l’époque : crise économique, place des femmes dans la société, eugénisme… Formidables héros qui font vibrer le les lecteurs !

 

La salle de bal. Anna Hope, traduit de l’anglais par Elodie Leplat. Gallimard, 2017

couverture du livre "Nous rêvions juste de liberté" Henri Loevenbruck

Avertissement n°1 : Même si vous n’aimez pas les motards et leurs motos.. vous allez adorer ce roman. Vous traversez les USA, vous rencontrerez des amis dont vous ne voudrez plus vous séparer et vous allez vivre intensément !

Avertissement n°2 : Après avoir refermé le livre vous allez vous sentir perdu(e) !

Chef-d’oeuvre !!!

 

Nous rêvions juste de liberté, Henri Loevenbruck. Flammarion, 2015

 

couverture du livre "Réveiller les lions" Ayelet Gundar-Gosh

Un neurochirurgien renverse un clandestin sur la route. Il n’y a pas de témoin et l’homme va mourir. Alors pourquoi risquer sa carrière et aller prévenir la police ? Le lendemain, la femme de la victime sonne à la porte du médecin et lui fait une proposition qui va complètement bousculer sa vie. Qu’aurions - nous fait à la place du conducteur ? Un roman sur l’amour et la haine, la culpabilité et le pardon, le bien et le mal.

 

Réveiller les lions Ayelet Gundar-Goshen, traduit de l’hébreu par Laurence Sendrowicz. Presses de la Cité, 2017